Les défis des jeunes filles dans les pays en voie de développement

Les inégalités des filles face à l’éducation

Si des millions d’enfants n’ont pas accès à l’éducation ou dans de mauvaises conditions, dans de trop nombreux pays en développement, la situation des filles est encore plus préoccupante. 1/5 fille est privée d’éducation ce qui représente un véritable manque à gagner pour le développement des communautés et des pays. C’est pourquoi nous avons fait de l’éducation des filles notre priorité. 

Dans le monde, 62 millions de filles en âge d’être scolarisés n’ont pas accès à l’éducation. Ce phénomène s’explique par : dans certaines sociétés, les filles sont considérées comme un fardeau pour la famille, leur éducation n’a donc aucune importance, car leur destin est d’être mariées jeunes et de s’occuper des tâches ménagères et des enfants. 

Les familles en situation d’extrême pauvreté ne peuvent subvenir aux frais de scolarité de leurs enfants, et si elles le peuvent, elles font souvent le choix d’envoyer les garçons étudier. Les filles plus que les garçons sont exposés à la violence et aux abus sexuels à l’école et sur le chemin de l’école, ce qui conduit de nombreux parents à retirer leur fille de l’école. Dans les pays en développement, 1 fille sur 3 est mariée avant ses 18 ans. Ces filles sont généralement déscolarisées pour subvenir aux besoins de leur mari, s’occuper des tâches ménagères et des enfants. Elles contraignent les adolescentes à quitter l’école. Elles sont la conséquence des mariages précoce, des violences sexuelles et du non-accès à la contraception et à l’avortement.

La non-scolarisation des filles présente de grave conséquence sur la vie de chacune d’entre elle, mais aussi sur le développement de leur communauté et de leur pays tout entier. La non-scolarisation des filles les maintient dans leur statut inférieur à l’homme, une fille qui ne va pas à l’école aura plus de mal à faire entendre sa voix. Maintien dans la pauvreté. La non-éducation des filles est un véritable manque pour le développement des pays, car on augmente de 10 % fréquentation de l’école par les, le PIB d’un pays augmente en moyenne de 3 %. Une fille non éduquée aura plus de difficulté à accéder et à suivre la recommandation et des conseils de prévention.

Parce que l’éducation des filles est un formidable instrument de lutte contre la pauvreté : 

_la sensibilisation des parents et des communautés à l’importance de l’éducation des filles. 

_ l’amélioration à l’accessibilité des enfants à l’école participant à la construction d’école dans les zones reculer. 

_le renforcement de la sécurité à l’école et sur le chemin de l’école.

_ la lutte contre le mariage et les grossesses précoce. _ 

Le plaidoyer de décideurs locaux gouvernementaux et internationaux en faveur de l’éducation des filles et de la gratuité de L’éducation

Causes et conséquences du mariage précoce et forcé : 
Chaque année, plus de 15 millions de filles sont mariées de force avant l’âge de 18 ans. Ces filles voient alors leur droit à l’enfance et à l’éducation volé et leur perspective d’avenir et d’évolution limitée. Les mariages forcent et précoces maintiennent les jeunes filles dans des conditions de pauvreté et d’impuissance, de génération en génération. Dans le pays en développement 1/3 fille est mariée de force avant ses 18 ans. 

Ce phénomène s’explique par : dans les sociétés pratiquant le mariage précoce et forcé particulièrement ma guinée, les filles et les femmes ont un statut inférieur à l’homme. Les filles sont mariées jeunes, car elles sont considérées comme un pied pour la famille et leur bien-être n’est pas une priorité. Dans les pays en développement, une fille est souvent considérée comme un fardeau. Son mariage permet aux parents d’avoir une bouche en moins à nourrir, de s’enrichir et de créer des alliances stratégiques avec une autre famille.
DANS de nombreux pays, l’honneur d’une famille passe par la virginité féminine. Les parents marient leurs filles bien avant qu’elles ne soient prêtes à avoir des relations sexuelles. 230 millions d’enfants n’ont pas été enregistrés à la naissance dans le monde, les filles ne possèdent aucune identité juridique ne peuvent fournir de preuve de leur jeune âge. Même quand le mariage précoce est interdit, beaucoup de famille ignorent et ou enfreignent la loi le cas de ma guinée. Dans certains pays, comme ma guinée cette violation est si répandue et normalisée que les sanctions sont rares. Les mariages précoces entraînent souvent les violences et abus sexuels de la part et les relations sexuelle sont souvent forcées, la première cause de mortalité chez 15 à 19 ans.

Elle n’a donc plus d’intérêt à aller à l’école pourtant l’éducation des filles est le meilleur instrument de lutte contre la pauvreté. Une fille instruite met au monde moins d’enfants et sensibilisée à l’importance aient une éducation de qualité et lutte ainsi à son tour contre le mariage précoce. 

Il faut mener des actions : de mener des actions de sensibilisation auprès des parents et des autorités locales afin de les informer des dangers du mariage précoce et droit des filles. De mener des actions auprès des enfants et des jeunes pour les informer de leurs droits et leur apprendre à les défendre. De lutte contre les barrières à l’éducation afin de garder les filles à l’école. D’aider les filles à obtenir un certificat de naissance qui prouve leur âge. D’intervenir pour arrêter un mariage précoce et forcé de réinsérer les filles à l’école et proposer des bourses d’études aux jeunes filles. Plaidoyer auprès du gouvernement pour acter des lois contre le mariage précoce ou renforcer les lois existantes.

Diamilatou diallo

Recent search terms:

  • éducation des filles dans les pays en voie de développement
  • jeune fille et developpement

1 commentaire sur “Les défis des jeunes filles dans les pays en voie de développement”

  1. Très bel article sur l’éducation en Guinée.
    Beau travail 👏🏾

Les commentaires sont fermés.